Gossip

Helene 08/07/2009

Filed under: littérature — Stellou @ 09:54
Tags: , ,

Au début du mois dernier j’ai commencé à lire le premier tome de l’écrivain Magaret George consacré a l’héroine de la mythologie grecque, la belle Helene.
En a peine un mois j’ai dévoré les deux tomes La prisonnière de Sparte et ensuite Les  flammes de l’éternité, je ne les ai pas laché une seconde tellement l’histoire était prenante. Ecrit dans un style simple, ils retracent la guerre de Troie conté du point de vue d’Helene. 
Dans le premier tome, Helene conte son enfance recluse dans le palais de Tyndare (son père « adoptif ») à Sparte. Elle y vit entourée de ses parents qui refusent qu’elle se regarde dans un miroir, de sa soeur Clytemnestre et de ses deux frères, les inséparable Castor et Pollux. Chacun semble prendre très à cœur qu’Helene n’ait aucune conscience de sa beauté, car une prédiction annoncant la mort de milliers de grecs a cause de son visage pèse sur leurs famille.
Elle contera ensuite son mariage avec Menelas, puis sa fuite avec l’amour de sa vie le prince troyen Pâris. Abandonnant derrière elle, un mari, un royaume mais aussi son enfant, sa fille Hermione. Le reste de l’histoire est connu de tous, une beauté légendaire qui suscitera l’une des pires tragédies de l’antiquité, Troie sera rasée et ses habitants massacrés.
Margaret George, historienne américaine auteur de nombreuses biographies et de romans historiques, tente tout au long des pages de son roman de rendre son héroïne sympathique, elle présente Helene comme etant une victime des dieux, mais aussi une victime de sa passion amoureuse pour Pâris, elle lui a ôté délibérément tout côté égoiste. Mais en lisant ces pages je n’ai pas  pu m’empêcher de penser qu’Helene était une femme égoiste et irréfléchie qui a suivit un homme encore plus égoiste qu’elle et lâche en plus, mais peut-on lui reprocher d’avoir voulu fuire une vie morne et sans passion ? 
Finalement ce sont les pages consacrées a la guerre qui rendent ce roman palpitant, la documentation est très bien faite et le style littéraire fluide.
Par contre l’histoire d’amour entre Helene et Pâris, un couple aussi celebre que Tristan et Iseult ou Lancelot et Guenièvre, dans cette version manque cruellement de passion.

Depuis a cause de ce roman j’ai une envie folle de vêtement drappés au style grecque.

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s